Face à une pandémie qui « menace l’humanité entière », selon l’ONU, le G20, qui réunit les principales puissances économiques de la planète, a tenu jeudi ce sommet en visioconférence organisé par l’Arabie saoudite qui assure la présidence tournante de l’institution.

Le coronavirus a infecté à ce jour plus de 480.000 personnes à travers le monde, causant plus de 21.000 décès. La pandémie a entrainé des mesures de confinement sans précédent affectant plus de trois milliards de personnes dans le monde.

« Nous sommes en guerre contre un virus – et nous ne gagnons pas », a déclaré le chef de l’ONU devant les membres du G20. « Cette guerre a besoin d’un plan de guerre pour le combattre ».

Selon M. Guterres, la solidarité est « essentielle », aussi bien au sein du G20 qu’avec les pays en développement, notamment les pays affectés par un conflit.

Pour supprimer la transmission du Covid-19 aussi rapidement que possible, le chef de l’ONU a estimé qu’il fallait « un mécanisme de réponse coordonné du G20 guidé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ».

« Tous les pays doivent être en mesure de combiner les tests systématiques, le traçage, la mise en quarantaine et le traitement avec des restrictions de mouvement et de contact pour supprimer la transmission du virus. Et ils doivent coordonner leur stratégie de sortie pour maintenir cette suppression jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible », a-t-il ajouté, estimant également nécessaire un soutien massif pour accroître la capacité de réponse des pays en développement.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a été l’un des nombreux participants à une réunion virtuelle des dirigeants des pays du G20.

Un investissement massif

S’agissant de l’impact social et économique de la pandémie, M. Guterres a aussi plaidé pour une action concertée pour minimiser cet impact.

« Si la liquidité du système financier doit être assurée, l’accent doit être mis avant tout sur la dimension humaine. Nous devons nous concentrer sur les personnes, maintenir les ménages à flot et les entreprises solvables, en mesure de protéger les emplois », a-t-il dit.

Selon le Secrétaire général, cela nécessitera une réponse mondiale de grande ampleur. Il a salué à cet égard l’injection de liquidités et le soutien social et économique dans les pays développés, avec un transfert direct de ressources aux particuliers et aux entreprises.

« Mais un plan de relance pour aider les pays en développement ayant les mêmes objectifs nécessite également un investissement massif », a-t-il souligné.

Pour cela, il estime nécessaire d’octroyer davantage de ressources au Fonds monétaire international (FMI) et à d’autres institutions financières internationales. Il juge également nécessaire une émission significative de droits de tirage spéciaux, des échanges coordonnés entre les banques centrales et des mesures pour alléger la dette, comme par exemple une dispense des paiements d’intérêts.

Le chef de l’ONU a appelé aussi à la levée des sanctions qui peuvent saper la capacité des pays à réagir à la pandémie.

Enfin, M. Guterres a jugé nécessaire de « travailler ensemble maintenant pour préparer le terrain à une reprise qui bâtira une économie plus durable, plus inclusive et plus équitable », en s’appuyant sur le Programme de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030.

L’OMS salue l’engagement du G20 à tout faire pour surmonter la pandémie

Le Directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, est également intervenu devant les participants du Sommet du G20.

« Il s’agit d’une crise mondiale qui nécessite une réponse mondiale », a-t-il déclaré, remerciant les pays qui ont déjà pris des mesures et leur demandant d’en faire plus.

Le chef de l’OMS les a aussi encouragés à s’unir, soulignant qu’aucun pays ne peut lutter seul contre cette pandémie et appelant tous les pays à renforcer la solidarité déjà suscitée par la crise. Il les a également exhortés à déclencher un mouvement mondial pour garantir que cela ne se reproduise plus.

Il a salué l’engagement des dirigeants du G20 « à faire tout ce qu’il faut pour surmonter la pandémie ». Il a noté que le G20 s’est engagé à soutenir et à renforcer encore le mandat de l’OMS dans la coordination de la riposte et appelé au financement intégral du plan stratégique de préparation et de riposte de l’OMS.

Les membres du G20 se sont engagés à travailler ensemble pour accroître le financement de la recherche et du développement pour les vaccins et les médicaments, renforcer la coopération scientifique internationale et tirer parti des technologies numériques.

Le G20 a chargé l’OMS et d’autres organisations compétentes d’évaluer les lacunes dans la préparation à une pandémie et de rendre compte des conclusions de cette évaluation aux ministres des Finances et de la Santé du G20, afin d’établir ensemble une initiative mondiale sur la préparation et la riposte à une pandémie.

Source of original article: United Nations / Organisation des Nations Unies (news.un.org). Photo credit: UN. The content of this article does not necessarily reflect the views or opinion of Global Diaspora News (www.globaldiasporanews.net).

To submit your press release: (https://www.globaldiasporanews.net/pr).

To advertise on Global Diaspora News: (www.globaldiasporanews.net/ads).

Sign up to Global Diaspora News newsletter (https://www.globaldiasporanews.net/newsletter/) to start receiving updates and opportunities directly in your email inbox for free.