SECRÉTARIAT NATIONAL DU PDS : Ces changements induits par le remaniement…

La nouvelle décision prise par Me Wade dote le Parti démocratique de quatre autres structures. Il s’agit du secrétariat général national, du collège des secrétaires généraux adjoints, du pool des porte-paroles du parti et du collège des conseillers du secrétaire général national.

«Face aux enjeux nationaux et aux prochaines échéances électorales, tout en maintenant le comité directeur, je mets en place de nouvelles structures pour une meilleures administration et un meilleur pilotage du parti». C’est ainsi que le secrétaire général national (Sgn) du Parti démocratique sénégalais (Pds), l’ancien Président de la République, Me Abdoulaye Wade, remanie, par le biais de la décision administrative N°0077/SGN/PDS/2019, le secrétariat national (Sn) du Pds. Ces nouvelles structures sont donc le secrétariat général national, le collège des secrétaires généraux adjoints, le pool des porte-paroles du parti et le collège des conseillers du secrétaire général national. Elles forment le secrétariat national, une sorte de «gouvernement du parti».

Les secrétaires généraux adjoints (Sga) sont au nombre de 63 dont Bara Gaye qui a en charge les relations avec les organisations politiques et par ailleurs rapporteur du collège des secrétaires généraux adjoints, Karim Wade chargé de l’organisation, de la modernisation et de l’élaboration des stratégies politiques, Tafsir Thioye chargé des relations internationales et porte-parole du parti, Woré Sarr, chargée des femmes, le Dr Cheikh Tidiane Seck, chargé des cadres, Toussaint Manga, chargé des Jeunes, etc.

Les Sga, nommés et placés sous l’autorité du Sgn, forment un collège qui se réunit en coordination les 1er et 3ème mercredis de chaque mois et en cas de besoin, sur convocation du président en exercice du collège. La présidence est exercée, à tour de rôle, par chacun des Sga pour une durée d’un mois. En cas d’absence du Sgn du parti, le Sga assurant la présidence du collège préside également les autres instances du parti. Il s’agit du comité directeur, du secrétariat national et du comité national notamment.

Les secrétaires nationaux de domaines, «comme des ministres», gèrent des domaines déterminés de compétences. Le domaine est décentralisé aux sections et des fédérations qui constituent les relais naturels du Sgn. Les secrétaires nationaux ont plusieurs prérogatives. Tous les 5 de chaque mois, ils doivent, par écrit sommaires, rendre comptent régulièrement au Sgn de leurs travaux et des tâches assignées.

Le groupe des porte-paroles compte 11 membres. Il s’agit, entre autres, de Tafsir Thioye, de Cheikh Tidiane Seck, de Lamine Bâ, de Doudou Wade, de Marie Sow Ndiaye, etc. Le pool des porte-paroles comprend le sous pool des porte-paroles du parti. Pour éviter d’avoir à désigner un porte-parole du jour à chaque réunion et assurer un meilleur écho des décisions politiques, il est créé, avec l’accord du Sgn, un groupe de porte-paroles sous la direction du porte-parole du parti. Il y a aussi le sous pool des porte-paroles des structures décentralisées. Ainsi, les structures horizontales et verticales ont, chacune, une commission de porte-paroles d’au moins 11 membres.

Vers une réorganisation complète du parti
Enfin le collège des conseillers du Sgn traite des questions dont il est saisi par le Sgn mais aussi peut donner un avis sur une question quelconque. Une quinzaine de responsables sont nommés conseillers du Sgn. On peut en citer Mamadou Lamine Dramé, Abdoulaye Faye, Assane Mbacké, Serigne Mahdy Niass, Lamine Thiam, Amadou Kane, Waly Albert Ndong. Dans sa nouvelle structuration, le Pds compte également deux délégués nationaux. Il s’agit de Nafissatou Loum chargée de l’assistance en organisation des femmes et de Ndèye Khady Dièye déléguée nationale auprès des élus. Chaque structure est tenue d’organiser des réunions mensuelles régulières et d’adresser des comptes rendus au Sgn. Le Sen se réunit une fois par mois, le 1er vendredi du mois et le comité directeur une fois par semaine. Pour rappel, les articles 21 et 24 des statuts du Pds définissent le comité directeur, le secrétariat national et le comité national comme étant les trois structures de l’exécutif du Pds. Les statuts permettent, entre deux congrès, non seulement des réaménagements, mais également la mise en place de nouvelles structures qui seront soumises au congrès. Après ce remaniement du Sen, Me Wade promet qu’une réorganisation complète du parti sera soumise au congrès.

Aly DIOUF

…suivis d’une cascade de démissions

La reconfiguration du secrétariat exécutif national (Sen) du Parti démocratique sénégalais (Pds) n’est pas sans conséquences. Des responsables de cette formation politique libérale ont commencé à démissionner de leurs postes.

Le remaniement du secrétariat exécutif national (Sen) du Parti démocratique sénégalais (Pds) n’a pas fait que des heureux. Tout au contraire. Après Me El Hadj Amadou Sall et Babacar Gaye, c’est au tour d’Aminata Sakho de décliner le poste qui lui est confié par Me Abdoulaye Wade. Nommé secrétaire national chargé des affaires juridiques et des relations avec les institutions, porte-parole du Sen, Me El Hadj Amadou Sall a décliné l’offre. Dans une correspondance à Me Wade en date du 10 août 2019, l’ancien Garde des Sceaux et par ailleurs avocat de Karim Wade écrit : «Frère Sgn, j’ai pris connaissance de votre décision portant réaménagement du Sen du Pds. Pour des raisons personnelles, je vous remercie de pourvoir à mon remplacement du poste où vous m’avez nommé. Restant naturellement membre du parti auquel j’ai adhéré en 1974, je vous prie de croire, frère Sgn, à l’assurance de mes sentiments militants». «Par voie de presse j’ai appris que vous avez décidé de remanier le Sen du Pds. Déjà, le 25 août 2016, je vous avais demandé de me décharger de mes fonctions de porte-parole et  celles de secrétaire national à l’orientation, aux stratégies, chargé des réformes; cela pour marquer mon désaccord à propos du fonctionnement du parti», rappelle, quant à lui, Babacar Gaye sur sa page facebook. Il avait envoyé à Wade, le 10 août 2019, une correspondance dans ce sens. M. Gaye poursuit : «À l’attente de plus amples informations sur les motivations d’un tel chamboulement, je vous saurais gré de bien vouloir me libérer des charges de secrétaire national, président du comité national permanent d’organisation que me confère votre dernière décision». Au demeurant, précise-t-il, il reste membre du Pds et garde ses fonctions de secrétaire général de la fédération de Kaffrine que lui ont confiées les militants de ce département.

Enfin, Aminata Sakho a également décliné le poste d’adjointe au secrétaire national chargée de l’emploi des jeunes du parti que lui a confié Me Abdoulaye Wade dans le nouveau Sen du Pds. Elle précise dans la correspondance qu’elle lui a adressée avant-hier : «Frère secrétaire général, par la présente, je viens vous faire part de ma démission au poste d’adjointe au secrétaire national chargée de l’emploi des jeunes. Je suis au regret de vous dire que je ne suis pas en mesure de remplir les charges liées à cette fonction. Je préfère rester une militante de base du Pds pour être plus proche de mes camarades».

Mohamed DIENE (stagiaire)

DAUPHINAT AU PDS : Abdoulaye Wade, seul maître du jeu

En gestion de parti, Me Abdoulaye Wade est la seule constante du Parti démocratique sénégalais (Pds) depuis sa création. En fin manœuvrier abreuvé à la source de la «real politique», il fait et défait sans grand peine. Ses potentiels dauphins ont tous fait les frais de son autorité. Le dernier en date est Oumar Sarr.

Depuis 1974, année de la création de son parti, Abdoulaye Wade est le seul à maîtriser les principes qui fondent l’idéologie du Parti démocratique sénégalais (Pds). C’est lui qui fixe les règles du jeu, au grand dam de ses dauphins dont le dernier à souffrir de cette mainmise est Oumar Sarr. Le désormais ex-secrétaire général adjoint du Pds n’est pas reconduit suite au remaniement que vient de faire Me Wade.
En effet, l’histoire de l’évolution du Pds renseigne que Me Abdoulaye Wade fait et défait ses dauphins, après leur avoir réservé un traitement spécial.
Tous ses différents potentiels dauphins qu’il a lui-même désignés à la tête du Pds pour lui succéder, sont passés à la trappe. Le premier à en faire les frais a été Fara Ndiaye, un des co-fondateurs du parti. Pendant que tous les analystes avançaient le nom de Boubacar  Sall,  il mit sur orbite le professeur Serigne Diop. Mais la rupture entre les deux hommes ne tarda pas et Serigne Diop va créa son propre parti, le Pds/Rénovation. Ainsi, une équation à deux inconnus se présentera à «Gorgui», celui de ses deux fils «putatifs» : Me Ousmane Ngom et Idrissa Seck. Pour solutionner cette énigme, Wade nomme le premier chargé de la gestion administrative du parti et le second est chargé de la gestion politique. Avec son entrée dans le gouvernement de majorité présidentielle élargie d’Abdou Diouf, son poulain, Me Ousmane Ngom, encensé par le Président Diouf «meilleur ministre de la santé de tous les temps» quitta le navire libéral pour mettre sur pied sa propre formation politique. A partir de cet instant, tous les pouvoirs du parti revinrent à Idrissa Seck qui fut, après l’alternance de 2000, ministre d’Etat, directeur de cabinet du Chef de l’Etat nouvellement élu et plus tard Premier ministre. Mais Idrissa Seck qui fut emporté par l’affaire dite des «Chantiers de Thiès», finit par créer sa propre formation politique : «Rewmi».
Après, ce fut le tour de l’actuel Président Macky Sall. Alors président de l’Assemblée nationale, il voulait auditionner le fils du Président, Karim Wade, dans la gestion de l’Anoci. Une initiative qui entraîna son départ du Pds. Macky Sall créa, avec quelques camarades, l’Alliance pour la République (Apr). Oumar Sarr qui avait le vent en poupe depuis la dernière alternance vient également de faire les frais du système Wade.

Mamadou Lamine DIEYE

Source – Maurice Keita. The content of this article does not necessarily reflect the views or opinion of Global Diaspora News (www.GlobalDiasporaNews.com).

To submit your press release: (https://www.GlobalDiasporaNews.com/pr).

To advertise on Global Diaspora News: (www.GlobalDiasporaNews.com/ads).

Sign up to Global Diaspora News newsletter (https://www.GlobalDiasporaNews.com/newsletter/) to start receiving updates and opportunities directly in your email inbox for free.