Photo credit: DiasporaEngager (www.DiasporaEngager.com).

Les participants à un webinaire dédié à l’accompagnement des TPME ont appelé à la mise en place d’un financement structuré adapté au cycle d’exploitation de l’entreprise.

Intervenant lors de ce webinaire organisé mercredi par la Chambre de commerce suisse au Maroc (CCSM) sous le thème “Economie inclusive: quelles ligne de financement pour accompagner les TPME ?”, le vice-président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) Mohamed Talal, a souligné qu’il faut penser à un financement structuré qui permettrait à l’entreprise d’avoir des ratios bancables pour financer leur exploitation.

“Toutes les TPME sont en train de repenser leur modèle économique et de production, en s’ouvrant sur de nouveaux marchés”, a-t-il fait observer, ajoutant que les entreprises ont compris qu’ils devraient être agiles et réactives pour faire face aux imprévus et accompagner la transformation digitale qui s’accélère rapidement.

Et de rappeler que l’entreprise marocaine a traversé des périodes très difficiles lors de la crise de Covid-19, vu qu’elle était dans l’obligation de payer des charges non-productrices de valeurs et de richesse.

A cet égard, rapporte la MAP, il a mis l’accent sur les outils mis en place pour accompagner les entreprises en période de crise, à travers “DAMAN OXYGENE” et “DAMAN RELANCE”, qui ont aidé les entreprises notamment en termes de trésorerie.

Or, “DAMAN OXYGENE” est considéré comme une dette non productrice de valeur, estime M. Talal, notant qu’il va falloir l’absorber et trouver des solutions de financement dans le futur pour “éponger cette dette”.

De son côté, le directeur général de Maroc PME, Brahim Arjdal, a indiqué que l’agence a mis en place un programme d’appui à 77 projets d’investissement liés à la fabrication des équipements utilisés dans la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Ces projets, d’un montant d’investissement global de 544 millions de dirhams, ont permis de créer 4.325 emplois, dont 2.366 emplois directs, a précisé M. Arjdal, notant que ces projets ont concerné plusieurs activités, dont la production des masques, filtres et gels hydroalcooliques.

Il a également souligné qu’une offre de conseil et expertise technique pour accompagner le déploiement des plans de relance des TPME a été mise en place, permettant d’accompagner 624 projets et couvrant plusieurs aspects.

Il s’agit de l’optimisation de la production et de la supply chain, la transformation numérique de l’entreprise, la sécurisation et développement des ventes, la gestion des liquidités et financement en plus d’un plan de relance et gestion des risques.

M. Arjdal a, en outre, fait part de la reconfiguration des programmes actuels “Mouwakaba” et “Istitmar” avec des offres plus avantageuses, notamment par des conditions d’accès et de paiement simplifiées.

Pour sa part, le principal manager, Advice for small businesses “BERD”, Rachid El Amrani, a fait savoir que la BERD dispose d’un programme d’accompagnement et d’appui aux entreprises qui accompagne une centaine d’entreprises par an au Maroc.

Cette période difficile de Covid-19 a permis aux entreprises de revoir leur stratégie et leur vision, ce qui va leur permettre d’amorcer une nouvelle ère pour l’après Covid-19, a-t-il fait remarquer. Il a également souligné que les besoins en matière de prévision de stratégie ont augmenté d’une façon phénoménale durant cette période, faisant part de demandes importantes de la part des entreprises en matière de digitalisation de process en amont et en aval.

Les entreprises se sont également penchées sur l’optimisation et l’amélioration de leur compétitivité par plusieurs canaux, y compris le canal de l’efficacité énergétique, à travers la réduction de la facture énergétique.

Par ailleurs, M. El Amrani a indiqué que la BERD a lancé une grande initiative l’année dernière “parc business initiative”, regroupant un ensemble de débats entre des experts nationaux et internationaux autour du business après Covid-19, qui seront synthétisés dans un livre blanc avec des recommandations claires et qui sortira au mois de juillet prochain.

La Chambre de commerce suisse au Maroc (CCSM) est une association à but non lucratif qui œuvre pour le développement et la promotion des relations économiques et commerciales entre la Suisse et le Maroc.

Source of original article: Libération (www.libe.ma).
The content of this article does not necessarily reflect the views or opinion of Global Diaspora News (www.GlobalDiasporaNews.com).

To submit your press release: (https://www.GlobalDiasporaNews.com/pr).

To advertise on Global Diaspora News: (www.GlobalDiasporaNews.com/ads).

Sign up to Global Diaspora News newsletter (https://www.GlobalDiasporaNews.com/newsletter/) to start receiving updates and opportunities directly in your email inbox for free.