Photo credit: DiasporaEngager (www.DiasporaEngager.com).

En 2017, plusieurs actrices dont Rose McGowan ou encore Ashley Judd ont cédé la voie à un hashtag devenu mouvement planétaire : #MeToo. Mais si le cinéma et même la mode ont été frappés de plein fouet par cette levée de bouclier féministe, le monde de la musique, lui, y a été imperméable.

“Il n’y a pas eu de #MeToo dans la musique”, résume ainsi Carla Bruni-Sarkozy dans les colonnes du magazine Paris Match ce jeudi 13 janvier, “ça ressemble bien au monde de la musique.” La chanteuse accompagne ses propos d’un rire. Un rire jaune ? “Il doit pourtant y avoir des prédateurs comme dans les autres milieux. Je ne sais pas pourquoi cela n’est jamais sorti”, a-t-elle poursuivi.

L’ex-Première dame glisse alors un commentaire plein d’ironie, laissant sans doute croire qu’elle en sait bien plus qu’elle ne le fait paraître. “Peut-être que les victimes sont trop consentantes ?”, a-t-elle ajouté.

Mais s’il faudra peut-être attendre avant que le mouvement #MeToo ne s’implante dans le monde musical, Carla Bruni-Sarkozy estime et espère que cette mobilisation “intimide désormais les prédateurs.” Elle laisse cependant place au doute : “Je ne sais pas si ça va marcher. Et peut-être qu’il protège un petit peu les plus fragiles.”

Source of original article: Libération (www.libe.ma).
The content of this article does not necessarily reflect the views or opinion of Global Diaspora News (www.GlobalDiasporaNews.com).

To submit your press release: (https://www.GlobalDiasporaNews.com/pr).

To advertise on Global Diaspora News: (www.GlobalDiasporaNews.com/ads).

Sign up to Global Diaspora News newsletter (https://www.GlobalDiasporaNews.com/newsletter/) to start receiving updates and opportunities directly in your email inbox for free.