Photo credit: DiasporaEngager (www.DiasporaEngager.com).

Le Groupe socialiste à la Chambre des conseillers a décidé de voter contre le projet de loi de Finances 2022 (PLF-2022). Le président du Groupe socialiste, Youssef Aidi, a justifié cette décision par le fait que le projet ne répond pas aux aspirations des Marocains, que le gouvernement manque d’esprit d’initiative et qu’il n’a pas fait preuve de courage pour apporter des réponses politiques et économiques aux problèmes accumulés, soulignant que ce projet ne sert que les intérêts catégoriels tout en ignorant les problèmes majeurs dont souffre le citoyen marocain. « En tant que représentants de la nation, notre contact quotidien avec les citoyens marocains nous révèle les graves problèmes économiques et psychologiques dont ils souffrent. Pour cela, ils ont besoin de soutien pour les aider à les affronter et les surmonter », a mis en avant le conseiller ittihadi avant d’appeler le gouvernement à rompre avec les décisions improvisées, à mettre en place une stratégie de communication pertinente avec les citoyens, et à les prémunir contre le désespoir et les déboires. A cet effet, Youssef Aidi a mis l’accent sur la nécessité de renforcer les moyens de protection sociale des citoyens, à travers des mesures économiques urgentes et efficaces au profit de tous les Marocains, notamment les plus démunis. «Ce que nous espérions, c’est de voir traduire tout cela dans le PLF-2022, mais nous n’en avons trouvé aucune trace à part quelques mesurettes incapables de mettre fin à la logique du rafistolage », a-t-il fustigé. Dans son intervention, le parlementaire usfpeiste a mis en relief les indicateurs préoccupants dans le PLF-2022, dont le plus important est le taux de croissance qui, après avoir été fixé à 4% dans le programme gouvernemental, est passé à seulement 3,2% dans ce projet. «C’est un taux très faible qui n’aidera pas à résoudre les problèmes accumulés dont souffrent les citoyens marocains, sachant que le nouveau modèle de développement du pays aspire à atteindre un taux de croissance de pas moins de 6% », a-t-il souligné. Et d’ajouter : « A moins que le gouvernement ne se dérobe à ses obligations tracées par le Nouveau modèle de développement, tout comme les promesses électorales qui n’ont pas été honorées par les partis de la majorité et sur la base desquelles le citoyen a voté en leur faveur ». Il a précisé que l’USFP tient à mettre à nu les promesses électorales trompeuses des partis de la majorité, car il veille « à ce que le citoyen marocain ne soit pas victime d’une grande duperie qui pourrait miner ce qui lui reste de confiance dans les partis et l’action politique », a-t-il précisé. En ce sens, Youssef Aidi a appelé le gouvernement à rompre avec la logique de domination et avec toute partisanerie étriquée et à permettre à l’opposition de jouer pleinement son rôle en matière de législation et de contrôle de l’action gouvernementale. Car « les divergences de points de vue sont une source d’enrichissement du débat public et une boussole indiquant le chemin pour parvenir aux grandes orientations qui fondent le Maroc de la démocratie, de la dignité et de la justice sociale, loin de toute vision idéologique bornée, et loin de toute domination, quelle que soit sa forme ou sa source ». Par ailleurs, le conseiller ittihadi a souligné que le renforcement des instances de gouvernance, la réforme administrative, la consolidation de la transparence, la simplification des procédures et l’accélération de la numérisation des procédures administratives font partie des projets urgents qui nécessitent une réelle volonté politique, ce qui manque au gouvernement actuel. Le membre du Groupe socialiste a également exprimé sa crainte que le gouvernement vide les projets sociaux de leur teneur, comme c’est le cas du projet de couverture sanitaire, tout en le critiquant pour «ses politiques et décisions irréfléchies», notamment celles concernant la pass vacinal, la limitation de l’âge pour le recrutement des enseignants. Youssef Aidi a aussi épinglé l’inaction du gouvernement qui n’a pas pris les mesures à même de «réduire la souffrance des citoyens avec l’augmentation des prix et de lutter contre la cupidité de certains lobbies et certains des exploiteurs de crises pour faire des profits rapides et accumuler des richesses énormes en recourant à la spéculation et au monopole ». Et le président du Groupe socialiste de conclure son intervention en s’adressant au gouvernement en ces termes : “Nous le dirons clairement en tant qu’opposition patriotique : le gouvernement se trompera de croire que notre objectif est de l’affaiblir ou de souhaiter son échec. Nous, au sein de l’USFP, considérons que l’échec du gouvernement est un échec de la nation toute entière, mais avec la même approche patriotique, nous considérons que son manquement à ses obligations, son insouciance de ce qui menace la stabilité du pays et la dignité des citoyens, et son incapacité à apporter des solutions efficaces ne pourraient mener qu’au désastre, insouciance à laquelle nous devons faire face avec détermination, vigilance et patriotisme ». 

Source of original article: Libération (www.libe.ma).
The content of this article does not necessarily reflect the views or opinion of Global Diaspora News (www.GlobalDiasporaNews.com).

To submit your press release: (https://www.GlobalDiasporaNews.com/pr).

To advertise on Global Diaspora News: (www.GlobalDiasporaNews.com/ads).

Sign up to Global Diaspora News newsletter (https://www.GlobalDiasporaNews.com/newsletter/) to start receiving updates and opportunities directly in your email inbox for free.