Lors de la 4e réunion intersessionnelle pour la coopération sur les droits de l’homme et l’agenda 2030 pour le développement durable, les services de la Haut-Commissaire Michelle Bachelet ont plaidé pour l’adoption de politiques fondées sur les droits de l’homme, afin de se remettre sur la voie de la réalisation de l’Agenda 2030 et parvenir à « un contrat social renouvelé ancré dans les droits de l’homme que le Secrétaire général de l’ONU a appelé de ses vœux ».

D’autant que la nouvelle année a débuté avec les mêmes immenses défis mondiaux que représentent la lutte contre la pandémie et le redressement après ses « conséquences socio-économiques dévastatrices ». Outre, l’accès inéquitable aux vaccins, qui illustre une « reprise à deux vitesses », certaines parties du monde font face à « un surendettement croissant », qui pèse lourdement sur les pays en développement.

Par exemple, en Afrique de l’Est et en Afrique australe, les coûts du service de la dette ont augmenté pour atteindre près de 70 % du PIB en 2021, ce qui limite fortement la marge de manœuvre budgétaire pour les investissements indispensables à la protection sociale et aux services essentiels. Pour se remettre du « plus grand revers de développement de l’histoire », le monde doit donc changer les approches et les modèles économiques. Une stratégie qui a engendré des coûts sociaux insoutenables, déchirant le tissu social des sociétés, alimentant l’instabilité et amplifiant la méfiance envers les institutions. « Nous avons besoin d’une économie qui investisse dans les droits de l’homme et qui fonctionne pour tous », a insisté Mme Nashif.

Une femme se fait tester pour la Covid-19 dans une clinique en Palestine.

Lutte contre la corruption et une plus grande transparence fiscale

Par ailleurs, la Cheffe adjointe des droits de l’homme de l’ONU note que la communauté internationale a également besoin « d’une plus grande transparence fiscale, d’un espace civique renforcé, d’un contrôle des dépenses publiques et d’efforts accrus pour lutter contre l’évasion fiscale ». « Dans un contexte économique et financier difficile, il est encore plus crucial pour les pays de redoubler d’efforts pour mobiliser les ressources nationales », a fait valoir la Haut-Commissaire adjointe.

Dans ce combat, la lutte contre la corruption, la réaffectation des ressources et l’adoption d’une fiscalité progressive peuvent contribuer à maximiser les ressources destinées aux soins de santé, aux protections sociales, à une éducation de qualité, à l’eau potable, au logement et aux autres droits fondamentaux. Mais tous ces efforts au niveau national devront être soutenus par un allègement de la dette, un accès équitable aux vaccins et un soutien international.

Plus globalement, Mme Nashif note que les prochaines années mettront fondamentalement à l’épreuve le leadership mondial en matière de droits humains. « L’abandon des politiques économiques qui ont affaibli la capacité des pays à fournir des services sociaux universels, le démantèlement des inégalités entre les sexes et d’autres types d’inégalités, le renforcement des libertés fondamentales et de la responsabilité sont autant de choix politiques qui, selon nous, doivent être respectés », a-t-elle conclu, rappelant les priorités de son Bureau, qui consiste à « placer les droits humains au cœur des efforts de réponse et de redressement ».

Source of original article: United Nations (news.un.org). Photo credit: UN. The content of this article does not necessarily reflect the views or opinion of Global Diaspora News (www.globaldiasporanews.com).

To submit your press release: (https://www.globaldiasporanews.com/pr).

To advertise on Global Diaspora News: (www.globaldiasporanews.com/ads).

Sign up to Global Diaspora News newsletter (https://www.globaldiasporanews.com/newsletter/) to start receiving updates and opportunities directly in your email inbox for free.